• Biographie

    Dès son plus jeune âge, Martine Gaspar est attirée par la musique. Elle étudie d’abord la guitare classique et le piano avant de se découvrir une véritable passion pour le chant classique. Après des études universitaires (Master en Chimie et Master en Logopédie), elle entre au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles, dans la classe de Jules Bastin, où elle obtient les Premiers Prix en musique de chambre, en chant opéra et en chant concert. Elle se perfectionne ensuite auprès d’Anne Gjevang, d’Alexandra Parris (Düsseldorf) et d’Adrian Thompson (professeur à la Guildhall School à Londres).

    Sa voix rare de contralto est particulièrement appréciée et elle est régulièrement invitée à participer comme soliste à de nombreux concerts et festivals en Belgique et à l’étranger (Espagne, Angleterre, France,…). Elle a, entre-autres, chanté avec le Belgian Sinfonia Orchestra, l’Orchestre Hainaut-Picardie, l’Ensemble instrumental « Tempus Musicale » , l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie , le Brussels Philharmonic Orchestra, l'Orchestre Symphonique des Etudiants de Lille-Flandres et l'Orchestre de l'Opéra Royal de Wallonie-Liège.

    Son très large répertoire comprend des œuvres qui s’étendent du baroque à des compositions plus contemporaines : le Stabat Mater et le Salve Regina de Vivaldi, de Pergolèse ou de Bononcini ; les Passions selon Saint-Marc et Saint-Jean ainsi que le Magnificat et de nombreuses autres cantates de Bach ; Le Messie ou le Te Deum de Haendel ; les Requiem de Mozart, Fétis ou Haydn ; la Rhapsodie pour contralto et choeur d’hommes de Brahms, ainsi que de nombreuses autres œuvres de Schubert, Monteverdi, Beethoven, Britten, Saint-Saëns ou encore Eberlin, dont elle a enregistré le Requiem et la Missa Solemnis.

    Elle affectionne aussi tout particulièrement le répertoire de mélodies. Avec le pianiste Yvan Diakov, elle a ainsi donné de nombreux récitals dans des œuvres de compositeurs très divers (Absil, Brahms, De Bourguignon, Debussy, Duparc, Faure, Mahler, Milhaud, Poulenc, Satie, Schubert, Schumann, …). Ensemble, ils ont été invités à créer un nouveau festival de chant près de Cognac (France).

    A l’opéra, on a pu l’entendre dans les Carnets d’un disparu de Janacek (sous la direction musicale d’Alain Planès et dans une mise en scène de Claude Régy) présenté entre autres par le Kunstenfestivaldesarts à Bruxelles, au Festival international d’Aix-en-Provence, à Orléans et au Théâtre des Amandiers à Paris. Elle a également chanté le rôle de Grimgerde dans Die Walküre de Wagner à l’Opéra Royal de Wallonie.

     

     BIOGRAFIE IN HET NEDERLANDS